Alors que le combat est engagé depuis vingt ans par les défenseurs du patrimoine pour sauvegarder la dernière ferme de Paris, la Ferme Montsouris et les carrières médiévales de Port-Mahon, Marie-Claire CARRERE-GEE, conseillère de Paris (XIVe arrondissement) et vice-présidente du groupe UMP au Conseil de Paris, et toute l’équipe de la start-up militante Nous, c’est #Paris ! dénoncent la nouvelle autorisation de travaux accordée au promoteur Soferim par la ministre de la Culture pour réaliser une opération immobilière sur ce lieu chargé d’histoire.

Une nouvelle fois, les élus UMP se mobilisent pour défendre la dernière ferme de Paris et ses carrières médiévales, classées Monument historique depuis 1993. Un vœu sera déposé au Conseil de Paris.

Cette autorisation de travaux est en effet accordée alors que toutes les précédentes ont été annulées par la justice et que le juge doit encore se prononcer sur le fond concernant une précédente autorisation de travaux.

Le fait que la ministre accorde une nouvelle autorisation, alors que la dernière n’a pas encore été définitivement annulée sur le fond, en dit d’ailleurs long sur l’espoir du ministère de gagner la procédure précédente, sur laquelle le ministère s’est joint au promoteur. Naturellement, le Collectif de 37 associations a engagé une procédure en référé contre cette nouvelle autorisation de travaux. Une pétition a d’ores et déjà recueilli plus de 2600 signatures en moins d’une semaine.

En mai dernier, la Mairie du XIVe arrondissement avait octroyé trois permis de démolir, permettant ainsi aux maisons de faubourg et à la maison du vacher d’être détruites par la Soférim. Avec cette nouvelle opération, le promoteur poursuit sa stratégie : qualifier de « restauration » des carrières, ce qui n’est que le fondement à un projet immobilier au-dessus des carrières protégées au titre de la législation sur les Monuments historiques.

Pour que la ferme Montsouris, symbole du patrimoine du XIVe arrondissement de Paris, soit sauvegardée, Marie-Claire CARRERE-GEE déposera un vœu au Conseil de Paris demandant :

 - que le Maire d’arrondissement et le Maire de Paris fassent connaître, par tout moyen utile, au ministère de la Culture leur opposition à la nouvelle autorisation de travaux ;

- que la Ville de Paris, qui est un tiers intéressé au sens de la législation sur les Monuments historiques, demande le classement de la Ferme Montsouris comme Monument Historique ;

- que le Conseil de Paris engage une modification du PLU en vue de déclarer l’inconstructibilité du site.