Depuis fin novembre, la Mairie a supprimé 7 feux rouges, aux croisements des rues de l’Ouest et du Château, des rues du Château et Raymond-Losserand, des rues Pernety et de l’Ouest, Pernety et Raymond Losserand et des rues du Château et Didot.

Bien sûr, dans l’absolu, tout carrefour ne nécessite pas d’être équipé en feux. Lorsqu’il y a une très bonne visibilité, que les véhicules sont peu nombreux – par exemple à la campagne -, qu’il y a une bonne signalisation, que les carrefours peuvent être équipés de ralentisseurs, des feux ne sont pas toujours utiles.

L’expérimentation conduite par la Mairie de Paris ne répond pas à ces critères.

Elle est fondée sur des motifs dogmatiques anti-voitures : « Les feux tricolores de signalisation constituent un facteur d’insécurité » affirme, sans nuance aucune, le site de la Mairie du 14;

Le choix des carrefours concernés pose problème, avec la proximité des écoles de la rue de l’Ouest, de la rue Jean Zay comme du centre de formation des jeunes aveugles Forja rue de l’Ouest.

La visibilité est insuffisante pour certains carrefours.

Il n’y a pas eu de concertation. La Mairie du 14e indique ainsi que l’information a été fournie le 13 novembre au Conseil d’école de la rue de l’Ouest – soit juste avant la suppression des feux, les 5 et 11 décembre – soit après la suppression – au Centre de formation de jeunes aveugles FORJA et aux parents d’élèves des écoles du 69 Ouest, du 13 Ouest et de Jean-Zay.

La signalisation est insuffisante et il n’y a pas de ralentisseur.

C’est pourquoi nous demandons un réexamen immédiat des carrefours concernés.