Ma réaction à la suite des violences subies par les habitants des quartiers Plaisance Pernety et les forces de l'ordre les nuits des 13 et 14 juillet 2020

Ma réaction à la suite des violences subies par les habitants des quartiers Plaisance Pernety et les forces de l’ordre les nuits des 13 et 14 juillet 2020

Les nuits des 13 et 14 juillet, les quartiers Plaisance et Pernety ont subi des violences dont le niveau témoigne d'une insupportable escalade.

Elles appellent bien sûr des réactions très fortes de la justice : il faut faire cesser ce sentiment d'impunité qui anime même de jeunes adolescents.

Surtout, la Mairie de Paris doit donner le signal d'une tolérance zéro et briser ces engrenages. Remise à plat des politiques du logement social à Paris, expulsion des locataires qui troublent l'ordre public, mise en jeu de la responsabilité parentale, fin de l'occupation de l'espace public par des dealers, vidéosurveillance systématique dans les squares, parcs et jardins, présence 24h/24 d'une police municipale armée, installation d'antennes de police municipale Porte de Vanves et Porte d'Orléans: la liste est longue de tout ce qui doit être entrepris simultanément et sans délai.

Comme tant d'habitants, j'ai été choquée par ces lettres, reçues dans les boites aux lettres, par lesquelles la Mairie du 14e⁩ se défausse, comme d'habitude, sur les services de police ⁩ des conséquences de sa politique de ghettoïsation de quartiers entiers livrés aux trafics et à la violence.

Marie-Claire Carrere-Gee

Close
%d blogueurs aiment cette page :