L'insécurité règne dans le sud du 14e arrondissement

L’insécurité règne dans le sud du 14e arrondissement

Vœu de Marie-Claire Carrere-Gee et des élus du groupe Changer Paris

Dans les quartiers populaires du 14e arrondissement, la vie devient infernale pour les habitants.

Il y a quelques semaines, une vieille dame a été très violemment agressée dans son logement, rue de Gergovie. Un immeuble où sévissent des trafics et où le logement social abrite notoirement des trafiquants, sans qu’aucune mesure d’expulsion n’ait été prise.

Les nuits du 13 et du 14 juillet ont été le théâtre, dans le 14e arrondissement, d’insupportables violences, y compris contre les forces de l’ordre et dans de nombreux quartiers. Leur niveau témoigne d’une incontestable escalade.

Il faut une tolérance 0 contre ces violences et trafics. La liste est longue de tout ce qui doit être décidé simultanément et sans délai : changement radical dans la politique d’attribution des logements sociaux pour rétablir la mixité sociale qui a disparu, expulsion des fauteurs de trouble, fin de l’occupation de l’espace public par des bandes de trafiquants, mise en jeu de la responsabilité parentale, caméras de surveillance systématiques dans les squares, parcs et jardins, présence 24h/24 d’une police municipale armée de proximité, installation d’antennes de Police Porte d’Orléans et Porte de Vanves, etc.

Depuis des mois et des mois, des trafiquants se sont installés au carrefour des rues Francis de Pressensé et Losserand, devant l’agence CIC ou en face. Chacun le sait : la Mairie, les services de polices qui y passent régulièrement. Les deals se font en public. Ceux qui regardent reçoivent des regards menançants.

Marie-Claire Carrere-Gee et les élus du groupe Changer Paris demandent :

- l’installation urgente de caméras de surveillance, à ce carrefour bien sûr mais aussi dans l’ensemble des quartiers Pernety-Vercingétorix-Porte de Vanves et jusqu’à la Porte d’Orléans, permettant de couvrir l’ensemble de l’espace public ;

-des évaluations externes systématiques des subventions accordées aux associations, afin de s’assurer du respect de la laïcité, du respect des lois et des règlements et de s’assurer du bon uusage des fonds publics ;

- des sanctions contre les trafiquants et s’ils habitent le logement social, leur expulsion sans délai.

Marie-Claire Carrere-Gee

Close
%d blogueurs aiment cette page :